Histoires vraies d’utilisateurs de Linux (2)

Posté par:

installation_Matthieu_Perrelet

A l’aide d’un logiciel libre et gratuit, Matthieu Perrelet a rapidement trouvé le moyen de sauvegarder, au format mp3, ses disques vinyle grâce à son ordinateurs durable why! W253EU.

Ils se sont libérés de Windows et Mac OS X! Cette deuxième interview d’un client why! témoigne qu’on peut pratiquement tout faire avec un ordinateur équipé d’un système d’exploitation GNU/Linux. Même des jeux!



Matthieu Perrelet, 31 ans, travaille avec passion aux CFF dans la maintenance technique: contrôles non-destructifs par ultra-sons, reprofilage de roues, etc… Confronté à un cas d’obsolescence programmée sur un ordinateur portable Windows, il a décidé d’investir dans un ordinateur durable why! et découvert la facilité d’utilisation du système d’exploitation GNU/Linux. Interview d’un féru de technique, mais qui ne se considère pas pour autant comme un geek.

Vous n’êtes pas un novice dans l’utilisation de Linux et des logiciels libres. Comment s’est passée votre conversion? Quel OS utilisiez-vous jusque là? Et qu’est-ce qui vous a convaincu de migrer vers des solutions open source?
Alors non, je suis un novice d’Ubuntu. J’en avais entendu parler par le passé et les utilisateurs avaient tous l’air satisfaits. Ma conversion depuis Windows s’est faite très facilement. Il faut dire que le système d’exploitation se veut ludique et facile d’utilisation. C’est également la politique open source d’Ubuntu, qui incite Monsieur et Madame Tout-le-monde à créer des programmes pour l’utilisation par la communauté, qui m’a attiré. Je fais d’ailleurs des montages photos/vidéos et transfère mes vinyles en mp3 avec des programmes open source. J’ai été étonné de la facilité avec laquelle on prend en main ces outils.

En tant qu’utilisateur de Linux, pour quelle raison avez-vous récemment décidé de faire l’acquisition d’un ordinateur durable why! pré-installé sous GNU/Linux?

La raison est simple. J’avais un ordinateur portable qui m’avait coûté une fortune et qui a cessé de fonctionner correctement peu après la fin de la garantie. J’ai voulu l’envoyer réparer et j’ai reçu un diagnostic qui m’a paru erroné. Il s’agissait de l’écran qui ne fonctionnait plus correctement et le diagnostic posé par le fournisseur était une défectuosité de la carte mère. Étant un peu curieux, j’ai décidé de le donner à un ami qui répare les ordinateurs et m’a dit que c’était simplement l’écran qui était défectueux. Pour couronner le tout, il m’a été très difficile de trouver le bon écran (mauvaise référence, etc…). La réparation aura duré plus d’une année.

Me sentant profondément insulté par ce marketing consumériste où l’on favorise l’échange plutôt que la réparation, j’ai opté pour un ordinateur facilement réparable. Un collègue a d’ailleurs juste eu à me le montrer pour que je me décide. J’ai également vu les tutoriels de réparation sur le site www.ifixit.com, qui donne presque envie que son ordinateur tombe en panne pour avoir le plaisir de le réparer! Tout a l’air si simple, bien pensé.

Vous aimez jouer à toute sorte de jeux sur votre ordinateur. Or, la plupart des jeux sont conçus pour Windows. Comment faites-vous pour satisfaire votre marotte? Pensez-vous, comme Mark Shuttelworth (fondateur de Canonical, éditeur de Ubuntu) que Steam va abattre cette frontière historique?
Ce cap est en train d’être franchi. Il suffit de voir sur les sites d’achats de jeux en ligne (steam.com, gog.com) que de plus en plus de jeux sont accessibles sous Linux. Étant un gamer (sans excès), j’ai temporairement conservé mon autre ordinateur sous Windows pour palier à cela.

Quelle est votre position sur la question de l’obsolescence programmée? Pensez-vous que le concept de « durabilité planifiée » défendu par why! puisse s’imposer? Et estimez-vous sincèrement que vos choix personnels de consommation puissent avoir un impact sur l’évolution de la société dite « de consommation »?

La « durabilité planifiée » doit s’imposer. Ce monde de sur-consommation est juste en inadéquation avec le respect de la nature. Je me rappelle que, lorsque j’étais plus jeune, tous les appareils électroménagers étaient faits pour durer au moins 25 ans et les pièces de rechange étaient facilement trouvables. Avec vos ordinateurs durables, ce concept est de retour après une longue absence. La meilleure solution aurait été de punir juridiquement les multinationales ayant choisi d’opter pour l’obsolescence programmée. Pensée utopique, mais qui aurait fait bouger les choses plus vite!

J’espère qu’une prise de conscience se fera par les consommateurs et qu’ils choisiront ce concept. En ce qui me concerne, je fais attention à ne pas consommer inutilement. J’ai un téléphone qui a déjà bien des années et qui fonctionne parfaitement, un écran cathodique âgé de 17 ans, … Par là, je veux dire que la prise de  conscience doit être généralisée, pas uniquement sur des objets durables, mais sur un meilleur comportement quant aux objets que nous achetons et qui nous entourent.

Achetons malin et apprenons à réparer !

0

Ajouter un commentaire